La Streetluge, attention aux excès de vitesse !

Street Luge

On a tous déjà vue le film Rasta Rocket. Qui n’a jamais voulu filer comme eux a des centaines de kilomètre par heure sur la route et non la neige ? La streetluge ou luge de rue en français est un sport freeride que l’on pratique sur route en pente. Il a vu le jour aux Etats-Unis, sur les rues en lacets de San Francisco dans la fin des années 1970.

L’équipement

Sur une streetluge il y a plusieurs composant :

  • un châssis (d’une longueur de plus d’1,53 mètre) généralement construit en acier, fer, aluminium, bois ou fibre.
  • qui repose sur un ensemble axes et roulettes de type skateboard, mais de plus grande dimension.
  • des poignées
  • pour certaines : un appui-tête, un carénage et des cale-pieds.

Le streetluger est équipé de protections, comparable à celle utilisé en moto : combinaison de cuir, casque intégral, gants de cuir, protection dorsale. Les chaussures sont particulières. En effet, les freins sont collés en dessous. Ils sont souvent fabriqués avec de la gomme de pneumatique dépourvue de structure métallique.

La glisse

Pour dévaler les pentes, il y a une position particulière à adopter : allongé sur le dos, pieds en avant, les bras le long du corps, tête légèrement relevée. Pour se lancer, les pratiquants s’aident grâce à une poussée énergique des mains sur le sol. Ensuite la pente prend le relais. Lorsqu’on a besoin de freiner, le streetluger se met en position assise en exerçant une pression sur les pieds. Et les virages ? Ils se font dans une position semi-couchée, buste placé vers l’intérieur du virage afin de manœuvrer les axes dans la direction voulue. Mais on peut avoir une position allongée dans le virage également.

Ou pratiquer ?

En France, il y a plus de 1500 streetlugers. La pratique se fait sous quatre formes :

  • Les freerides : sur route fermée et sécurisée, il n’y a aucun risque.
  • Le championnat national : géré par la FFRS (Fédération française de roller sports) qui permet aux pratiquants de se défier lors des différentes étapes sur routes fermées et sécurisées.
  • Les routes fermées : par des associations spécialisées (D173, Alsace Downhill, Riders en Bray, LSK, URAR, DDE69, DDE38, PLA) ayant chacune à disposition une piste fermée et sécurisée pour permettre les entrainements.
  • La pratique sur route ouverte : la streetluge comme le longskate n’apparaissent pas dans le code de la route ; il y a donc un vide juridique quant à la pratique sur route ouverte. Mais attention à vous !

Street Luge Virage

Sécurité

C’est la responsabilité des riders de bien se comporter et d’avoir une attitude courtoise afin d’assurer la cohabitation avec les autres usagers de la route envers lesquels ils ne sont pas prioritaires. Il est essentiel de toujours rester maître de son engin, de ralentir aux passages dangereux ou aux croisements, se rendre le plus visible possible, fermer provisoirement la route avec une voiture, annoncer sa présence avec un panneau de chaque côté de la route, être en relation par talkie-walkie, rouler sur des routes et à des heures peu fréquentées…

Un sport qui se développe

Un circuit Coupe du Monde IGSA (International Gravity Sports Association) a vu même vu le jour. Les athlètes Français brillent particulièrement. Sur ce circuit, il y a plusieurs étapes sur presque tous les continents. C’est lors d’une de ces compétitions que Cédrier Touchette, un québécois, a battu le record de vitesse : 157,431 624 km/h.

RedBull pointe le bout de son nez dans cette discipline : https://www.redbull.com/gb-en/street-luge-racing-beginners-guide

La streetluge est dangereuse, il y a des mouvements infimes du corps qui peuvent modifier la trajectoire. Cela demande beaucoup de sang-froid. Voici comment ça fonctionne :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *